Click here for menu Menu design element

Un monde de possibilités à votre portée.

Entretien
Entretien : Walter Jager, chef de file de la normalisation environnementale des produits électroniques

le 15 juillet 2021

Entretien : Walter Jager, chef de file de la normalisation environnementale des produits électroniques

Diffuser la page Diffuser
Entretien
Decorative image

Walter Jager est spécialiste en solutions de conformité et de durabilité environnementale. Il est le principal consultant et le fondateur d’EDC Compliance. Il a aussi présidé le comité parallèle canadien sur la normalisation environnementale pour les produits électroniques (IEC/TC 111) de 2005 à 2020.

Q.

Quelles sont les principales contributions du Canada à l’avancement des travaux de l’IEC/TC 111?

R.

Elles sont nombreuses! Le Canada aide à encadrer les travaux normatifs visant à réduire les répercussions environnementales des technologies. Cela comprend des exigences qui aident les fabricants, particulièrement les petites et moyennes entreprises, qui n’ont pas un pouvoir d’achat énorme. Par exemple, en élaborant des normes sur la chaîne d’approvisionnement qui répondent aux exigences environnementales, nous aidons les entreprises à garantir des produits conformes aux besoins du marché à l’international.

Le Canada offre aussi des conseils sur le retrait des substances dangereuses dans les produits et le calcul du taux de recyclabilité des produits électriques, ce qui favorise l’économie circulaire. Le pays participe activement au groupe consultatif de l’IEC sur la stratégie de normalisation environnementale et impulse des actions environnementales grâce à des normes harmonisées.

Il encourage aussi la commercialisation des normes environnementales et ses avantages. Par exemple, j’anime un blogue sur la norme internationale encadrant les déclarations de composition matérielle de produits électrotechniques (IEC 62474). Un collègue américain et moi coprésidons l’équipe de validation internationale qui met à jour régulièrement la base de données numérique associée à la norme. Ce fichier dresse l’inventaire des substances dangereuses que les acteurs du domaine doivent déclarer.

Q.

Comment les normes peuvent-elles aider les acteurs à faire progresser la durabilité et l’économie circulaire?

 

R.

En utilisant effectivement les normes, les acteurs du domaine peuvent harmoniser les exigences qui leur permettront de progresser sur le plan opérationnel. Le but principal est d’atteindre une circularité des matières, ce qui réduira les émissions et les déchets. Pour ce faire, nous devons utiliser moins de matières dangereuses en incorporant les trois « R », dans l’ordre : réduction, réutilisation et recyclage. Il existe plusieurs normes qui aident à suivre et à recueillir des informations pour ainsi trouver des façons de recycler les matières dangereuses. Les entreprises peuvent se servir de ces informations pour réduire leur impact et promouvoir une économie circulaire.

L’IEC/TC 111 dispose aussi une norme d’éco-conception qui décrit les façons de nettoyer le bilan des produits par leur conception. Il rédige aussi des lignes directrices sur des moyens d’améliorer la circularité des matières des produits électrotechniques. L’éco-conception exige une démarche systémique, particulièrement lorsqu’il faut faire des compromis entre les mesures d’amélioration de l’environnement, la sûreté du produit et son fonctionnement. Le comité dispose aussi d’un certain nombre de normes sur les façons de tester la présence de matières dangereuses. L’harmonisation des méthodes d’essai était l’une des priorités initiales du TC 111, compte tenu des écarts entre les résultats des fournisseurs, des clients et des autorités compétentes. La mise en pratique de ces normes internationales peut réellement aider à accroître la durabilité des produits et favorise leur réutilisation, leur remise à neuf, leur reconditionnement, leur recyclage, etc.

Q.

Quelles sont certaines des priorités du comité parallèle pour les cinq prochaines années?

R.

 

 

Le groupe consultatif travaille actuellement sur le plan stratégique pour les cinq prochaines années. Une bonne partie comprend des normes sur l’évaluation environnementale et la promotion d’une économie circulaire. Ces normes ciblent la durabilité des produits pour en accroître la durée de vie et la possibilité de réparation, l’efficacité des matières, l’évaluation du cycle de vie, la mesure de l’empreinte environnementale et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nous entreprendrons aussi un projet visant à élaborer un cadre de gestion durable des déchets électroniques en faveur de la réutilisation et du recyclage.

La participation à des comités techniques internationaux permet aux experts de façonner les normes qui les concernent. Découvrez d’autres possibilités de participer aux activités de normalisation.

Mots clés :