Click here for menu Menu design element

Un monde de possibilités à votre portée.

Vidéo
Play buttonPlay video

le 6 octobre 2021

La normalisation, vecteur du progrès humain

Diffuser la page Diffuser
Vidéo
Play buttonPlay video
Decorative image

La normalisation et l’évaluation de la conformité encadrent de grandes questions environnementales, sociétales, économiques et de gouvernance. Quel pourrait donc être le rôle des normes dans les 50 prochaines années?

C’est la question que nous nous sommes posée à l’occasion de notre cinquantenaire. Le 4 février 2021, nous avons organisé une table ronde fort stimulante réunissant de grands noms du monde entier. Au programme : une réflexion sur l’avenir des normes et leur application pour bâtir un monde meilleur.

La directrice générale de Horizons de politiques Canada, Kristel Van der Elst, a donné le coup d’envoi avec une allocution sur l’importance de la prospective pour les organismes de normalisation, qui essaient de structurer un avenir regorgeant d’innovations technologiques.

La table ronde, animée par la directrice générale du Conseil canadien des normes, Chantal Guay, rassemblait six experts : Léna Dargham, directrice générale de l’Institut libanais de normalisation, Sheila Leggett, présidente du comité technique ISO/TC 207, Eric Meslin, président-directeur général du Conseil des académies canadiennes, Merih Malmqvist Nillson, experte-conseil, Christoph Winterhalter, président du conseil de direction de l’Institut allemand de normalisation.

Les exposés et les discussions, tournés vers l’avenir, ont mis en relief quelques grands axes qui orienteront nos démarches vers l’avenir que nous envisageons.
  • Favoriser inclusion et pluralité
    Nous devons diversifier notre bassin d’experts. La pluralité servira à faire progresser les normes, qui doivent être pensées pour tous et toutes.
  • Préserver rigueur et consensus
    La rigueur et le consensus forment le noyau du système de normalisation. Leur importance ne diminuera pas.
  • Miser sur la souplesse
    Pour suivre le rythme des évolutions, il faut s’assouplir. La souplesse nous donnerait la chance de déceler de nouvelles idées et d’intervenir encore plus tôt pour encadrer innovation et technologies qui renforcent la normalisation.
  • Multiplier les concertations
    Les concertations sont déjà une importante assise des travaux normatifs, mais il est toutefois possible de faire participer les utilisateurs des normes au tout début des travaux pour faire valoir, au fur et à mesure des travaux normatifs, leurs besoins et les effets des normes. Il faut aussi collaborer davantage pour réduire les démarches faisant double emploi.

Pour clore la séance, les panélistes nous ont chacun fait part d’un conseil à suivre dès aujourd’hui pour façonner l’avenir que nous envisageons dans 50 ans. Les voici :

« Soyons audacieux, soyons braves, accueillons le cassage des codes. »
– Sheila Leggett, présidente du comité technique ISO/TC 207

« Nous devons être agiles, nous devons pouvoir réagir encore plus vite. »
– Léna Dargham, directrice générale de l’Institut libanais de normalisation

« Misons sur la pluralité au sein de la normalisation. Nouvelles recrues, nouvelles idées. »
– Merih Malmqvist Nilsson, experte-conseil

« Essayons sciemment de réduire les lourdeurs découlant du clivage entre les pays du Sud et du Nord. Ce clivage est le grand facteur entravant les progrès. »
– Eric Meslin, président-directeur général du Conseil des académies canadiennes

« Nous devons envisager ce que sont des infrastructures qualité dans un monde numérique, car elles ne seront pas comme les mécanismes que nous avons maintenant. Pour sortir des ornières, il faut réfléchir de façon long-termiste, ce qui, au bout du compte, se répercutera dans l’avenir sur nos décisions. »
– Christoph Winterhalter, président du conseil de direction de l’Institut allemand de normalisation

Visionner l’intégralité de la séance.

 

 

 

 

Mots clés :